Nos conversations du mercredi

Nos conversations du mercredi

Arrigo Lessana

Un homme – le narrateur – s’adresse à son petit-fils, Angelo, qui vient de perdre sa mère. Ils regardent vers l’avant et vers le passé. « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? », se demandent-ils réciproquement. Il y a de l’incertitude au sujet du futur, on s’en doutait.

« C’est un livre d’amour et de deuil, de souvenirs chéris et d’anticipations parfois inquiètes, parfois confiantes. C’est un livre d’écrivain, qui a trouvé le ton le plus juste, le plus familier, le plus amical, un beau ton d’être humain pour dire jusqu’à quel point on peut accompagner ceux qu’on aime – l’une vers l’ombre de la mort, l’autre sur les chemins de la vie, avec gravité, humour et une indéfectible bonne humeur. » Emmanuel Carrère

Du même auteur

Téléchargements

Argumentaire

Librairies

On en parle

« Ce pourrait être un face à face plombé et douloureux, mais le ton, sérieux sans être solennel, jamais donneur de leçons, avec lequel ils convoquent ensemble les souvenirs pour les apprivoiser, sans cesser de se projeter, construit un pont léger entre l’avant et l’après. »

Livres Hebdo

« À peine cent pages et la magie littéraire opère. Sous la plume d’Arrigo Lessana, ces échanges entre un adolescent et son grand-père touchent à l’universel. Pour dire l’amour bien sûr, la mort aussi, le temps qui passe, les choix de vie, et conjuguer le passé pas forcément toujours à l’imparfait, car le conditionnel et le futur se rêvent aussi ici avec humour et bienveillance. Angelo rêve d’être informaticien, Arrigo était chirurgien. Entre eux, beaucoup de liens, celui d’une femme surtout, la mère du premier, fille du second. Partie trop tôt. Parler d’elle ensemble, c’est difficile ; parler de tout le reste à bâtons rompus, de sport, de coiffures, de théâtre, de voyages, de musique, etc., c’est réenchanter le monde et célébrer la vie. »

Page des libraires

« Un partage léger, grave, enrichissant. »

Libération

« Ces deux-là parlent de tout, de ce qu’ils aiment, de ce qu’ils désirent, du passé et de l’avenir, mais jamais de rien. Le plus âgé essaie de convertir le plus jeune à la médecine, à l’art, à la littérature, tout en le regardant, avec un scepticisme admiratif, manier souris, Smartphone et langage Java. Tour à tour, ces grands conteurs évoquent Alan Turing, Graham Greene, une chèvre en Ferrari, Tartuffe, les amis disparus, et Charlotte aussi… la mère d’Angelo, la fille d’Arrigo, morte bien trop tôt. Mais, délicatement, pas trop fort. Parce que même si la vie est “plutôt désespérante”, il nous reste toujours la bonne humeur. »

Elle

« Sans doute l’écrivain sait-il mieux que le chirurgien que les cœurs blessés et endeuillés ne se réparent pas. Tout au plus la littérature peut-elle accompagner la pulsion de vie qu’elle devine encore à l’œuvre. Dialoguant avec son petit-fils de 13 ans, Angelo, dont la mère – et fille du narrateur – a été emportée par une maladie deux ans auparavant, Arrigo Lessana revient sur l’histoire de sa famille pour que, inscrit dans une filiation, l’enfant puisse inventer sa propre destinée. »

Le Monde

Informations techniques

  • ISBN: 9782267031096
  • Date de parution: 11/10/2018
  • 96 pages
  • Prix: 12,00 €