Pèlerinage à Tinker Creek

Pèlerinage à Tinker Creek

Annie Dillard

Dans ce « journal météorologique de l’esprit », Annie Dillard se fait la chroniqueuse d’une « vallée des merveilles » de l’État américain de Virginie où coule la rivière Tinker et se livre à une exploration quotidienne et solitaire de son environnement.
Elle décrit ainsi certains traits de la vie des mantes religieuses ou de celle des papillons Monarque, mais aussi celle des requins, des serpents venimeux, des parasites, leurs prouesses, beautés et déchéances, la violence et la cruauté mortelle de cet univers de prédateurs qui s’entre-dévorent.
Recluse volontaire parmi ces créatures, Annie Dillard est surtout une extraordinaire écrivaine qui lit la nature et tente de déchiffrer ses signes. Dans cette quête, elle cite Van Gogh, le Coran et Thoreau bien sûr, mais aussi entomologistes, astronomes, écrivains et chercheurs, trahissant ainsi avec beaucoup d’humilité une culture et une curiosité immenses qui font de cette double exploration de la vallée Tinker et de l’esprit humain un livre unique.

Récit d’un écrivain solitaire, ce texte est une splendeur d’écriture poétique, d’observation de la nature, et de réflexion quasi pascalienne sur la place de l’être humain entre l’infiniment grand et l’infiniment petit.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Gault.

Originellement publié en grand format en 1990.